creusat point com :: la musique de jb

Les disques préférés de jb creusat

Retour à la liste

Reign in Blood - Slayer - 1986

La première fois que j’ai écouté du Slayer, je me suis dit que c’était de la grosse daube. Pourtant, je savais ce à quoi je m’exposais : j’avais pu lire entre autre que Slayer renvoyait Motörhead et Metallica au rayon des disques pour enfants… C’est sûr que pour du bourrin, c’est du bourrin, élevé à la bière au fond du garage. Le style ? Du « speed trash metal ». C’est un style. En fait la première fois je n’ai pas trop compris : 10 fois la même chanson avec un mec qui beugle très vite pendant que guitare et batterie essayent de suivre, ou inversement.

Imaginez ma perplexité et mon désarroi : c’était donc ça Slayer ? Assurément, il y en avait des milliers, des groupes produisant ce type de musique. Cependant, loin de me décourager, je décidais de poursuivre ma quête : celle du meilleur disque bourrin de tous les temps. Et oui, des fois on a des idées pas très intelligentes ; mais j’en étais sûr, celle-là en valait la peine. Car si je m’avouais déçu par Slayer, j’avais alors comme ambition secrète de posséder l’album ultime, celui du rock le plus dur, celui qui ferait peur à tout le monde quand je le passerai sur une chaîne hi fi à fond les ballons.

Plusieurs années passèrent, infructueuses car, si je me procurais quelques disques de hard rock, metal, hardcore ou indus, rien de terrifiant n’était venu menacer d’un fracas digne de ce nom mon ouïe fine, qui n’attendais pourtant que cela. Finalement, quand la période bénie du téléchargement gratuit sur Internet advint, je reconstituais patiemment titre par titre « Reign In Blood » de Slayer.

Et finalement le miracle s’accomplit : peut être tant d’efforts m’avaient-ils ouvert les oreilles, ou peut être étais-je trop jeune et sensible avant pour l’écouter. Mais le fait était là : ça déchirait sa race. Paroles ignobles (que je vous conseille de trouver sur le net car sinon on n’a pas le temps de comprendre), batterie étourdissante (le type a sûrement 4 bras) et guitares ultra rapides (d’où le nom speed metal).

L’anecdote la plus marrante sur cet album est l’utilisation du verbe abacinate dans la meilleure chanson de l’album « Angel of Death ». Impossible à trouver dans aucun dictionnaire, je tombe finalement sur une page Internet avec un scandinave racontant qu’étant fan de Slayer lui-même, il testait la qualité des dictionnaires en cherchant ce mot. En effet, vous ne trouverez ce mot que dans un dictionnaire très complet ; à part ça, la définition d’abacinate est de rendre aveugle en approchant un fer rouge de l’œil…

La morale de cette histoire c’est qu’il faut avoir une oreille initiée pour pouvoir apprécier. Ainsi, quelques années après ma première écoute, je me suis procuré cet album mythique qu’est « Reign In Blood » et ce disque reste à ce jour un de mes préféré. Et il est sans aucun doute encore à ce jour le plus extrême de ma collection.

View Jean Baptiste Creusat's profile on LinkedIn